After the Rainbow, 2013

Images

En 1994, sous l’égide du révérend Desmond Tutu, à la fin de l’Apartheid, naît en Afrique du Sud un esprit de réconciliation national tendant vers une harmonie entre les différentes cultures. À travers le symbole de l’arc-en-ciel, le Peuple de l’arc-en-ciel aspire à une identité unifiée. Vingt ans plus tard, la précarité et l’injustice accablent toujours les populations de couleur noire et métisses, mais pas seulement. Il y a par exemple, la loi affirmative action, qui consiste à favoriser l’emploi de personnes non blanches pour les postes à hautes responsabilités ceci dans le but de rééquilibrer la société sud-africaine.

La classe dominante blanche vit principalement dans des maisons ultra-sécurisées, imperméables au reste de la population, où chacun se sent protégé, tant physiquement que mentalement. Loin de leurs origines, la plupart de ces familles ne pourraient pas se permettre une vie semblable hors d’Afrique. Ils ne sont ni africains, ni européens; ils se situent dans un entre-deux.

Les femmes entretiennent leur vie sociale, partagent leur temps libre entre balades, plage, achats aux centres commerciaux. Leurs maris vont travailler et se divertir avec le sport pendant que les domestiques s’occupent des tâches ménagères. Le comportement général reste axé sur un modèle phallocrate et conservateur, vestige de l’Apartheid. Les jeunes s’éternisent dans le cocon de la maison parentale. Considérés comme l’élite du pays, ils étudient dans des écoles privées traditionnelles qui séparent les filles des garçons, accentuant le malaise entre les deux genres. L’apparence et la réputation sont des valeurs sociales très ancrées dans ce microcosme. Ainsi, l’addition de ces phénomènes provoque une nécessité de fuir les difficultés qui les entourent en se réfugiant dans l’artificialité, le culte du corps et la fête.

Ma mère, ne supportant plus le climat politique, quitte l’Afrique du Sud, pour l’Europe en 1973. C’est à Genève qu’elle vit actuellement. Ayant régulièrement eu l’occasion d’aller en Afrique du Sud le mode de vie que mène ma famille est pour moi, depuis toujours, un sujet de questionnement. C’est avec un regard d’Européenne que je photographie mon entourage en Afrique.